10/11/2012

Et la crise de s'éterniser...

Et la crise de s'éterniser...

Et le gouvernement de patauger dans ses difficultés financières. Parce que  ce qu'on a la bonté d'appeler la science économique a décidé tout à fait arbitrairement de ne considérer dans l'économie que la monnaie. Justification combien peu scientifique : parce que personne  ne s'occupe de la monnaie et qu'il est d'ailleurs scientifiquement admis que pour qu'une science soit reconnue comme telle, il faut qu'elle ait un objet propre et qu'elle n'empiète pas sur le terrain des autres sciences. D'où la conclusion des économistes. Au risque de passer pour surréaliste (voir la pipe de Magritte), ceci n'est pas de la polémique, mais une simple constatation de la réalité.

 Conséquence : nous sommes en plein dans la caverne de Platon. Selon cette allégorie, les hommes sont enfermés dans une caverne et sur le mur du fond, ils ne voient que des ombres de la réalité : ils prennent ces ombres pour la vérité. Ils ne s'avancent pas vers la lumière car celle-ci les éblouit.

C'est la situation dans laquelle nous nous trouvons malheureusement : l'ombre de l'économie, c'est la monnaie dont, par ailleurs, on ignore encore la vraie nature ; mais ça ne fait rien, dit-on, les ingénieurs ne savent pas non plus ce qu'est l'électricité et cela ne les empêche pas d'en produire et d'en vendre.  

Nous prétendons quant à nous, la suite de Jacques Duboin, que l'économie c'est le travail des hommes  et, que la vraie richesse, ce sont les produits consommables que les hommes extraient de la nature par leur travail. Parce que ce sont ces produits qui satisfont leurs besoins, leur permettant ainsi de grandir dans l'être et d'augmenter ainsi leur bonheur. Situation qui ne peut  qu'engendrer l'Ordre, la Justice et la Paix.

16:17 Écrit par abondanciste | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.