08/10/2010

Et en avant pour l'austérité !

 C'est de nouveau la politique à l'envers ; tout ça, parce que nos Eminences ne savent pas ce qu'est le travail, ne savent pas ce qu'est l'homme ( la science de l'homme n'existe pas encore), ni le pourquoi du travail, ni ce qu'est la monnaie, un système économique, l'économie, etc... bref, c'est la bouteille à encre générale.

Alors, ils s'en tiennent à des pseudo-idées, pseudo-générales : la CSC nous dit : "il faut mettre l'homme au centre de l'économie", suivi par le CDH qui dit pratiquement la même chose. Il faut "activer" les chômeurs qui sont censés ne pas chercher du travail assez "activement" : ils font cela parce que "l'homme est paresseux de nature", qu'il préfère l'ouvrage qui est fait à celui qui est à faire ; "on travaille pour gagner de l'argent" parce que "sans argent on ne sait pas vivre". L'économiste américain Friedman aurait même écrit ou déclaré : "il n'est rien de plus important au monde que la monnaie". Si, Monsieur Friedman, il y a plus important au monde que la monnaie, c'est l'homme.

 

Quelle serait donc la bonne politique à appliquer pour avoir enfin une bonne économie stable à tout jamais.

Il faut de toute urgence faire le contraire de l'austérité c'est-à-dire augmenter fortement les salaires." Au fou", va s'écrier la FEB. Evidemment, parce que ce sont ses membres, entre autres, qui paient les salaires.

C'est votre employeur, effectivement, qui vous paie tous autant que vous êtes. Il vous paie comment ? En vous donnant de la monnaie, de l'argent. Que faites-vous avec cet argent ? Vous allez dans les grandes surfaces ou dans le petit magasin du coin pour acheter ce qu'il vous faut pour vivre : du pain, du beurre, du lait, des légumes, des pommes de terre, de la margarine, des fruits de toutes sortes, du fromage, du sel, du poivre, etc.. on n'en finiraient pas de citer tout. Cela, ce n'est que pour manger. Mais pour cuisiner, vous avez aussi besoin de casseroles ; pour quand vous êtes à table et vous nourrir, il vous faut des assiettes, des couverts. Pour vous déplacer, vous aurez besoin d'un vélo, d'une voiture...etc...etc... on n'en finirait pas !

Est-ce que c'est vous et votre patron qui produisez tout ce dont vous avez besoin ? Non, n'est-ce pas ! si ça tombe, vous ne consommerez même rien de ce qu'il produit : c'est le cas de ceux qui travaillent dans la sidérurgie, par exemple Alors, pourquoi est-ce lui qui vous paie ???

Parce qu'il vous paie pour le "travail" que vous avez exécuté pour lui ; il n'a absolument aucun souci de ce dont vous pouvez avoir besoin : ce n'est absolument pas son affaire ; d'ailleurs, les patrons eux-mêmes ne se gênent pas pour le dire :" ils ne sont pas des sociétés de bienfaisance" et, "en affaires, on ne fait pas de sentiment" : c'est la loi de l'offre et de la demande qui joue, ce qui signifie que, plus il y a de candidats pour un poste donné et moins il pourra les payer. C'est la règle du système ! Heureusement, les syndicats veillent et ils ont obtenu que les rémunérations soient fixées par des conventions paritaires par secteurs. Si bien, que les patrons ne sont plus les seuls maîtres du jeu comme ils l'étaient au XIXième siècle.

Les salaires que vous percevez n'ont aucun rapport avec vos besoins, c'est une rémunération « en l'air », avec laquelle n'avez qu'à tirer votre plan. Mais l'ensemble de la production des produits consommables a affaire avec vos besoins parce qu'elle seule peut satisfaire vos besoins.

Et ces produits consommables, nous avons les moyens techniques de les multiplier, à l'infini, (ce qui n'est pas nécessaire ni possible) de manière à satisfaire tous les besoins humains du monde entier.

Qu'est-ce qui s'y oppose ? Le système dit capitaliste qui ne peut produire que pour satisfaire les besoins solvables.

Il faut instaurer d'urgence le système financier préconisé par Jacques Duboin, à savoir émettre la monnaie dans la même proportion que les produits consommables et distribuer cette monnaie à tous les hommes.

 

Cette monnaie représentera ce à quoi ils ont droit par nature. Et ainsi toute la production pourra s'écouler entièrement, il n'y aura plus formation de stocks qui sont la hantise du système propriétariste et qui provoquent les crises qu'on dit" financières", de façon à noyer le poisson et que le peuple n'arrive pas à comprendre (ce qui serait vraiment dramatique,devinez pour qui ?).

 

 

14:50 Écrit par abondanciste | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |