08/02/2010

Politique de l'emploi (suite 1)

Le chômage que nous connaissons actuellement est donc un chomage structurel, c'est-à-dire un chômage qui dépend de la structure même de notre société. Une politique de l'emploi véritable devrait donc être une politique qui vise à changer la structure même de la société. Le chômage est un problème social, nous venons d'identifier un problème structurel social : il y a deux classes dans la société : une à laquelle tout est dû et una autre qui n'a droit qu'aux miettes qui tombent de la table. (histoire du pauvre Lazare dans la Bible)
Il y a donc une structure sociale complétement inégalitaire et c'est peu dire. Comment peut-on le mieux corriger une structure inégalitaire ? Mais en en créant une structure égalitaire : là, il n'y a pas de doute , la structure inégalitaire disparaît complétement.
Comment est-il possible de réaliser un tel projet ? En faisant de nous tous des millardaires ? Ce n'est évidemment pas possible : distribuer des milliards à tous le monde aurait pour conséquence que la monnaie perdrait illico toute valeur ; c'est dans la nature même de la monnaie capitaliste dont nous avons déjà vu qu'elle n'est qu'une vaste escroquerie, un instrument, hérité du passé, mis par le pouvoir à la disposition des propriétaires des ressources naturelles pour extorquer aux non-propriétaires, leur travail. C'est un privilège insoutenable qui est directement responsable de la misère dans le monde car dès que les besoins des propriétaires sont satisfaits, l'économie s'arrête : le capitalisme ne peut satisfaire que les besoins solvables.
Donc, le système entièrement égalitaire est impossible ? Non, ce qui est impossible , c'est de faire de nous tous des milliardaires. Masi ce qui est possible, c'est de réfléchir un tant soit peu.
La finalité de l'économie, c'est de satisfaire les besoins humains, tous les besoins humains. Qu'est-ce qui satisfait les besoins humains ? La réponse générale, c'est l'argent, parce que sans argent on ne sait pas vivre et avec de l'argent on peut tout acheter ; ces réflexions relèvent, non pas de la science, mais de l'idéologie et celle-ci n'a qu'un but, c'et de maintenir le système en place. Ce qui satisfait les besoins humains, ce sont les produits consommables extraits de la nature grâce au travail de l'homme.
Et,c'est tout ce qu'on peut faire avec la monnaie, l'argent :acheter des produits.
On peut, en effet, l'employer à trois choses : 1)° acheter des produits consommables 2°) acheter des services 3°) épargner cet argent pour acheter dans l'avenir des produits et des services. Démonstration : le 1°) satisfait à la conclusion ci-dessus.
Pourquoi doit-on payer les services ? Parce que ceux qui les rendent ont aussi besoin de produits pour vivre. Si, par un moyen quelconque, on peut leur fournir ces produits, les services deviennent gratuits. Ce moyen dit quelconque, Jacques Duboin l'a trouvé : il suffit que la monnaie représente exactement la production, cette monaie étant distribuée à tous, donc aussi à ceux qui rendent des services, ceux-ci deviennent automatiquement gratuits.
Le 3°)  satisfait lui aussi car, puisque les services deviennent gratuits, il ne reste plus que les produits. Donc, l'argent ne sert qu'à acheter des produits, CQFD. (àsuivre )





























































16:37 Écrit par abondanciste dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

03/02/2010

Politique de l'emploi

.

Nous avons déjà vu que la société capitaliste est divisée en deux classes : les propriétaires des ressources naturelles et les autres.
Nous avons vu également que les propriétaires ont besoin des autres pour exploiter leurs immenses propriétés.
Mais les progrès des sciences et des techniques aidant, ils ont de moins en moins besoin d'hommes pour effectuer ces travaux.
Pourquoi ? Mais parce que les machines sont intervenues dans la production et ont décuplé voire centuplé la productivité humaine. Cela peut se voir avec un minimum d'esprit d'observation : jusque dans les années 1960, il y avait encore des terrassiers pour effectuer, par exemple, les fondations d'une maison : c'était un travail conséquent, car en ces temps-là on faisait encore des caves, ce qui imposait déjà le déplacement de plusieurs mètres cubes de terre ; les terrassiers déplaçaient cette terre avec leur bêche, ce qui leur demandait beaucoup de temps et d'énergie. De nos jours, cette profession a totalement disparu : on emploie actuellement de lourds engins de terrassement qui font valser les mètres cubes de terre comme par plaisir.
Mais il en est de même à tous les stades de la production : joignez à la puissance des machines celle des ordinateurs. Et l'on peut aisément comprendre que les emplois disparaissent et contiueront à disparaître : une usine japonaise est entièrement automatisée et ce n'est pas un jouet : cette usine produit...et il n'y a plus besoin d'hommes pour la faire fonctionner.
Conclusion : les chômeurs ne sont pas une bande de fainéants qui ne veulent plus en aucun cas travailler, mais ce sont des hommes dont les propriétaires des ressources naturelles et leurs associés privilégiés les patrons, n'ont plus besoin. Il n'y a plus besoin de tous ces travailleurs pour satisfaire les besoins des hommes (il ne s'agit encore que des besoins solvables). Pourquoi dès alors cette situation ? Parce que ceux qui ne travaillent pas ne gagnent rien et que , par conséquent, ils n'ont droit à rien : ils n'ont pas mérité leur pitance par leur travail. Reste à savoir si les hommes doivent nécessairement "mériter" d'avoir à manger ou si cette exigence n'est pas une condition inhérante au système économique capitaliste. (àsuivre )

17:40 Écrit par abondanciste dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |