26/02/2009

La campagne de la FGTB

Slogan : "Le capitalisme nuit gravement à la santé". C'est la première fois qu'on remet directement le capitalisme en cause. Par là, ..."le syndicat socialiste milite en faveur d'une réforme du système". (Le Soir du 26 février 2009). c'est un bon début : l'on reconnaît, en effet, que le capitalisme est un système, c'est-à-dire que c'est quelque chose de concret, différent du socialisme, du libéralisme, de l'humanisme, du centrisme, et tous ces trucs en "isme" qui ne sont que des théories qui se veulent explicatives du système lui-même sans d'ailleurs y parvenir. Mais on doit rapidement déchanter en lisant la suite du communiqué : "parmi les propositions figure un contrôle renforcé des banques, une nationalisation du secteur de l'énergie, la création d'un pôle bancaire public et une réduction massive et collective du temps de travail".(Ibidem).

Bref, il n'y aura rien de changé : on essaie d'aménager le dit capitalisme en ruine, mais il restera fondamentalement "le capitalisme".

Bis repetita placent. Répétons donc encore une fois ce qu'est le capitalisme. C'est un système et même un système économique. On admet généralement qu'il est fondé sur le droit de propriété. Alors, allons voir ce qu'en dit le Code civil : les articles 544 à 548 sont particulièrement explicites ; avec la concision extrême qui caractérise tous ses articles, le Code nous donne le fonctionnement du capitalisme.

Prenons directement l'article 546 dont nous extrayons l'essentiel : ".. la propriété d'une chose donne droit sur tout ce qu'elle produit...". Les "choses" qui produisent, ce sont les ressources naturelles ou matières premières. Maic ces "choses" ne produisent pas spontanément : pour cela, il leur faut du travail humain. De celui-ci, le Code ne souffle mot, sauf à l'article 548 : "Les fruits produits par la chose n'appartiennent au propriétaire qu'à la charge de rembourser les frais des labours, travaux et semences faits par des tiers". Les tiers en question , ce sont les "travailleurs".

Le capitalisme est un système. Quel système ? Un système de répartition de la production, répartition dont le critère est le droit de propriété. Alors, en droit c'est-à-dire d'après le Code civil, la répartition est vite faite : toute la production appartient aux propriétaires aussi bien ceux des matières premières que ceux des moyens de prodution, c'est-à-dire de tous les patrons. Marx s'était demandé comment les patrons enlevaient aux travailleurs le fruit de leur travail, et il a vainement cherché une "valeur travail", c'est par ce petit bout de Code. Mais Marx était un allemend chassé de son pays par la liberté d'opinion qui y régnait, il n'était pas censé connaître le Code civil.

En réservant ainsi toute la production à une petite minorité, le capitalisme est tout à fait immoral, pour ceux que cette immoralité ne choquerait pas, rappelons que ce mot veut dire aussi contraire à l'Ordre naturel ; ce qui est contraire  l'Ordre naturel est un désordre. par conséquent, le capitalisme est un facteur de désordre et tous ceux qui le soutiennent, soit par leur "science", soit par leurs opinions politiques sont des facteurs de désordre, des fauteurs de troubles.

Il importe donc de toute urgence de restaurer l'ordre dans le monde en instaurant le système préconisé par Jacques Duboin sous le nom d'économie distributive de l'abondance. Pour cela, il suffit d'une simple réforme monétaire (problème à l'ordre du jour d'ailleurs) ; la monnaie doit être la représentation exacte de la production et être répartie entre tous les hommes.

 

17:47 Écrit par abondanciste dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

03/02/2009

Activer les chômeurs !

C'est de ce problème qu'est venu parler hier à l'émission matin première de la Rtbf le ministre du gouvernement flamand Vandenbroucke ; c'est un sempiternel refrain des politiques aussi bien au nord qu'au sud du pays.

Pourquoi faut-il activer les chômeurs ? Pour qu'ils aient un revenu voyons, et qu'ayant un revenu, ils paient des taxes à l'Etat dont ils soulagent en même temps la lourde charge que constitue le poids du chômage ; donc bénéfice pour tout le monde. Evidemment, le minitre en question n'est pas un lecteur assidu de ce blog. Sinon, il aurait appris, par une lecture attentive de notre post du 21/12/2004, que les hommes ne travaillent pas pour de l'argent mais pour transformer en produits consommables les matières brutes de la nature, que ces produits consommables sont d'une importance vitale pour eux, que par ailleurs, la nature est un partenaire obligé de l'homme au travail et que s'il n'a pas accès à la nature, l'homme est incapable de travailler ; or, dans un système économique où toutes les ressources appartiennent de droit à une petite minorité d'hommes, la grande majorité n'a pas accès à la nature sauf si la dite minorité a besoin d'eux pour mettre en valeur leurs immenses propriétés. IL aurait appris, en outre, que la machine est un compétiteur très sérieux de l'homme : elle effectue le travail beaucoup plus vite et avec plus de précision que l'homme.

"Les yeux ouverts" a écrit Jacques Duboin : c'est bien cela, il recommande aussi bien aux économistes qu'aux politiques de regarder la réalité en face au lieu de se complaire dans leurs théories nébuleuses et de jeter des brouillards de plus en plus épais sur l'économie, ce phénomène dont il ne savent rien parce qu'ils ont décidé qu'il ne consistait qu'en flux monétaires, lesquels sont bien mis à mal par la crise actuelle. La vérité est que les chômeurs ne sont plus d'aucune utilité pour la classe dominante : elle n'en a plus besoin !! Dès lors, si elle n'en a pous besoin, elle ne doit plus les payer !!! et, ma foi, si l'Etat estime de son devoir de le faire, tant mieux pour les chômeurs parce qu'un proverbe dit qu'en affaire on ne fait pas de sentiment....

Triste sytème économique.

 

 

16:32 Écrit par abondanciste dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |