26/05/2005

L'homme (suite 1)

Nous sommes donc dépendants 1) de notre propre nature - de notre corps quoi 2) de la nature (celle défendue par les Verts) 3) de la société.Ces trois réalités ne sont pas immobiles : être, c'est agir, dit-on en philosophie ; inutile de s'étendre sur ce sujet ; notre corps vit, donc il agit inépendamment de notre volonté : la digestion se fait sans que nous ayons à intervenir, de même notre transit intestinal qui sélectionne tout aussi automatiquement les nutriments, notre circulation qui va nourrir toutes les cellules, etc... activité donc de notre corps, mais activité automatique, c'est-à-dire une activité que nous subissons, donc dépendance à cet égard.Nous dépendons aussi de la nature : car c'est elle qui doit nous fournir tout ce dont nous avons besoin : le boire et le manger, l'oxygène que nous respirons, les matières premières de toute sortes qui nous permettront de couvrir notre nudité, de nous abriter des intempéries, de préparer nos aliments, de nous fournir aussi les aliments dont nous avons besoin pour nous donner les produits laitiers, la viande pour les protéines que nous ne savons pas fabriquer nous-mêmes, les végétaux dont nous nous nourissons. Et la nature, elle aussi, agit : la Terre tourne sur elle-même et nous donne ainsi la succession du jour et de la nuit, elle tourne autour du soleil et nous donne ainsi la succession des saisons, les végétaux et les animaux croissent et se multiplient ; mais il n'y a pas que cela : les progrès des sciences et des techniques nous ont démontré que les choses qui nous paraissent les plus immobiles sont la siège d'une activité frénétique.Nous dépendons aussi de la société : tout d'abord de nos parents sans l'amour desquels nous n'aurions même pas pu survivre, de la société tout entière pour notre éducation et notre instruction, la société des autres s'impose à nous, et les autres ne sont pas immobiles non plus : eux aussi, ils agissent et nous influencent.Tout ce qui précède ne nous donne pas encore une bonne idée de ce que pourrait être l'homme : ce n'est que la description du décor dans lequel nous sommes appelés, du fait de notre existence, à évoluer.Alors, que signifie toute cette agitation autour de nous ?Tout cela, ce sont des contraintes dont nous allons devoir tenir compte que nous le voulions ou non.(à suivre)

15:59 Écrit par abondanciste | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.