05/03/2005

S'foutent du monde ou quoi ?

Lu ces derniers temps (je ne sais plus où, vous savez pourquoi) "les Belges désertent (sic) la vie professionnelle à 58 ans". Dzernièrement du Gouverneur de la Banque Nationale: les Belges quittent la vie professionnelle... etc....Un beau jour, les quinquas se décident (en bloc, évidemment) à quitter les lieux, sans crier gare et sans même avertir leur patron : z'en ont marre, temps qu'on se repose!!! Et, sans doute, à la sortie de l'entreprise l'institution du chômage les attend pour leur distribuer leur C4 grâce auquel ils vont pouvoir toucher leurs allocations de chômage. Vous savez tous que c'est comme cela que ça se passe : c'est en tout cas, ce que suggèrent les termes employés: en effet, quand on désertent, on n'avertit pas ses supérieurs; ceux d'entre vous qui ont encore connu l'armée le savent très bien et savent aussi que l'acte de désertion ne se fait pas sans casse pour l'auteur; le terme "quittent" employé par le Gouverneur de la BNB est lus poétique, plus relax : les travailleurs se lèvent et ont ne les revoient plus. Monsieur le Gouverneur, ce n'est pas n'importe qui: c'est un économiste très distingué, et, tout le monde sait qu'un économiste très distingué est un savant en économie,, c'est-à-dire que comme tous les savants qui se respectent, il est partisan de la méthode de l'observation selon la brillante formule, "il n'est de science que d'observation". En l'occurence, il y a manifestement un manque total d'observation, car un simple minimum de cet exercice, lui aurait fait voir, à lui et à ceux qui ont vu les travailleurs déserter, que si les quinquas "abandonnent" le travail, ce n'est décidément pas par choix: c'est parce qu'on les a foutus à la porte avec leur consentement, bien entendu et en insistant quand même un peu; les entreprises avec l'aide du pouvoir ont, en effet, institué la prépension : il y en a parmi ces travailleurs des gens qui qui auraient volontiers continuer à travailler, mais leur entreprise a restructuré avec les conséquences que l'on saitAlors, s'il vous plaît, quand des personnages aussi importants prennent la parole qu'ils essaient au moins de savoir de quoi ils parlent!!Autre chose encore : dernièrement se sont déroulés pourpparlers entre syndicats et patrons pour établir une nouvelle convention sociale : échec parce que les patrons veulent la flexibilité, c'est-à-dire pouvoir imposer des heures supplémentaires comme ils veulent sans aucun contrôle : la mondialisation les fait phantasmer: regarder les Chinois, ça au moins ce sont des travailleurs : on les obligent à faire 16 heures par jour et il n'y en a aucun qui rouscaille, vous savez aussi pourquoi ; et alors, leur productivité est menacée, et leur rentabilité en baisse, alors qu'est-ce que vous attendez pour vous laisser tondre comme de gentils petits moutons, hein ? Et, attendu tous les précédents, pas question d'augmentation de salaires. Pas d'augmentation de salaires ? mais voilà que les premiers bilans apparaissent et les quelques exemples dont on disponse nous montrent des millions voir des de milliards d'euros de bénéfice. Pôv' patrons, va!! faudra organiser une collecte pour qu'ils ne soient pas obligés de rejoindre les malheureux SDF.On râle, ben évidemmment qu'on râle....voir le titre.

18:30 Écrit par abondanciste | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.