21/12/2004

Le travail

Le travail est une action de l'homme sur la nature en vue de transformer les matières brutes de celle-ci en produits consommables destinés à satisfaire les besoins humains.Telle est la définition vraie et véritable du travail : le travail est si important que, sans lui, rien ici-bas ne se ferait, sauf les processus naturels tels que la végétation sauvage, la pullulation des animaus sauvages, mais il n'y a rien là-dedans d'économique à proprement parler ; rien en tout cas d'intéressant pour l'homme.En effet, la nature, comme l'a bien dit J. Fourastié, est une marâtre pour l'homme : elle ne lui donne gratuitement que l'oxygène qu'il respire : tout le reste doit lui être arraché de vive force (Pourquoi nous travaillons ? Col. "Que sais-je?, PUF). De vive force, c'est le travail. Pourquoi l'homme doit travailler ? Pour gagner de l'argent ? Folie ! L'homme DOIT travailler parce que la nature est un amas de matières brutes qui, comme telles, sont inutilisables par l'homme. DOIT en majuscules : le travail est une obligation pôur chacun d'entre nous ; et la position capitaliste de dire que le travail n'est pas obligatoire est une idiotie de plus : le travail est une obligation naturelle, c'est-à-dire un obligation qui nous est imposée par la nature, parce que celui qui ne travaille pas, au regard de la nature, ne reçoit rien non plus ou, en d'autres termes, il serait condamlné à mourir de faim et de misère ; et s'il en est qui ne travaille pas,et qui vivent très bien, c'est que d'autres travaillent pour lui : il n'y a pas à sortir de là !LE TRAVAIL de l'homme est une activité complexe : il doit FAIRE agir les éléments de la nature. Comment agissent-ils ? Les sciences naturelles nous le disent : ils agissent toujours de la même manière, dans les mêmes conditions et, une fois que les conditions sont remplies, ils agissent automatiquement. 1ière condition pour un travail efficace : il faut CONNAÏTRE, SAVOIR comment ils agissent; ce sont les sciences naturelles qui nous le disent.2ième codition : ces éléments ne se trouvent pas rassemblés au même endroit : pour qu'ils puissent agir ensemble (conditions de leur action), il faut les rassembler, les manipuler, les transporter : c'est le travail manuel sans lequel rien ne se ferait ; donc le travail manuel est tout aussi important que le travail intellectuel et ne mérite aucunement l'espèce de mépris dans lequel on le tient parce que l'ouvrier n'a pas les mains propres, parce qu'il se salit, qu'il sue, etc.. ; en effet, les matières qu'il doit manipuler sont lourdes, pondéreuses, volumineuses, inertes et que l'ouvrier, pour remplir sa tâche, doit utiliser sa force physique ; mais celle-ci ne suffit plus, n'a d'ailleurs jamais suffit, car l'homme a toujours dû employer des "aides", comme le dit très bien Jacques Duboin, comme la traction animale, le courant d'une rivière, la force du vent et de nos jours, l'énergie du pétrole, de l'électricité, du gaz naturel, bientôt de l'électricité verte en remplacement de l'atome (?). En résumé , en travaillant, l'homme doit vaincre des contraintes naturelles sévères : le savoir, l"'énergie, le temps, l'espace à parcourir. Ces contraintes sont telles qu'un homme seul est incapable de les surmonter.C'est pour cette raison que l'homme vit en société, mais qu'il ne se contente pas de vivre en société, mais qu'il travaille aussi en société. Voilà qui démolit la conception libérale de l'individualisme. Et si l'homme travaille en société, il coopère avec ses semblables ; l'homme travaillant en société, cela s'appelle en langage normal : la COOPERATION. IL n'est dès lors plus aucunement question de DIVISION du travail.

17:07 Écrit par abondanciste | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.